Caillou perdu et noeud de caillou

img5254hgfh.jpg A la pêche, lorsque le courant est trop important, on est parfois obligé de lester fortement sa ligne. Or il arrive souvent que celle-ci s’accroche et se casse, laissant des plombs pollueurs au fond de la rivière. Alors si vous vous obstinez à vouloir attraper cette belle daurade royale qui vous nargue depuis un moment, adoptez le caillou perdu, un système écologique, économique et ancestral : choisissez une quantité suffisante de préférence de forme allongée et intercalez-les sur la fin de votre de ligne. Et pour les attacher, rien de plus simple :

(suite…)



Petit-dèj’ in the Lot

paillette.jpg



Le lithophone : bien avant les Rollig Stones…

Vous avez envie de fêter la musique mais n’avez point d’instrument ? Faites comme Dame Eleonor à Ethni’cité ou comme nos ancêtres du néolithique : improvisez-vous lithophoniste….

pierresmusicales.jpg  img8901.jpg

Prenez de longues pierres de différentes tailles, que vous appellerez phonolithes, et suspendez-les ou posez-les à même le sol. Il vous suffira en suite de les percuter à l’aide de baguettes ou de simples cailloux pour que de cet instrument émanent de doux cliquetis…

avataraspx.jpgL’utilisation de cet instrument remonterait à la préhistoire (-3 000 ans), suite à découverte en 1949 de plaques de pierres dans le site archéologique de Binh Da au Vietnam. À la fin des années 80s, d’autres plaques de lithophone (environ 200)  furent découvertes dans cette région. Ces ensembles comprenaient entre 3 et 15 barres. Mais rendez-vous compte : l’un d’eux comportait 8 lames, allant de 52.5 de long pour 4kg5 pour la plus petite, à 95 cm de long, 17 de large, 3,5 d’épaisseur pour 12kg5 pour la plus grande! Pas évident à trimballer pour les saltimbanques de l’époque…

 

(suite…)



Galet météo de la Réunion

Bien plus fiable que la grenouille dans son bocal, plus léger qu’une sation, le galet météo est à consulter absolument avant de mettre le nez dehors…

mto.jpgGalet humide : Pluie

Galet sec : Pas de pluie

Ombre portée : Soleil

Tâche blanche dessus : Neige

On ne voit pas le galet : Brouillard

Le galet balance : Vent

Il saute de haut en bas : Seïsme

Il n’y a plus de galet : On vous l’a volé ! (ça c’est la version italienne)

Ils sont vraiment trop forts, ces réunionnais…



Les Dents du Dragon de Bach

Au coeur du site des Phosphatières de Bach se cache… un dragon. Oui oui, un dragon de pierre, avec la gueule grande ouverte, qui laisse apparaître ses crocs pointus.

geule.jpg

Contrairement à celles qui stagnent sur les plages de la mer du Nord et de la Manche (qui sont en fait des blocs de pierre plantés dans le sable des plages destinés à entraver la progression des chars et autres engins motorisés), les dents de dragon des phosphatières sont le résultat d’un phénomène géologique naturel.

20080129110949172051.jpg  dent1.jpg

Evidement, il nous faut pour cela remonter dans le temps et atterrir in the Lot il y a 30 M d’années. A l’époque, l’endroit jouissait d’un climat tropical, avec une forte humidité constante et des pluies chaudes, qui ont provoqué une érosion dite « de surface ». On pourrait comparer la chose aux mêmes dents qui se trouvent à l’autre bout de la Terre, en Chine, qui bénéficie du même type de climat, car c’est ce même phénomène d’érosion qui y a sculpté les paysages escarpés que l’on retrouve souvent représentés dans les estampes.

 

(suite…)



Déclaration des droits du caillou

descaillouxpleinlesyeux800.jpg

Article premier :

Les cailloux naissent libres et égaux en droits

Article deux :

Chaque caillou peut se prévaloir de toutes les libertés, sans distinction de composition, de couleur ou de taille.

Article trois :

Chaque caillou aura droit à la reconnaissance en tant que personnalité minérale.

Article quatre :

Nul caillou ne sera arbitrairement soumis à la souillure, au ricochet, à l’érosion ou la taille intempestive.

Article cinq :

Tout caillou a le devoir de participer à l’amélioration du sol et au bien-être général.

Article six :

Tout caillou, en tant que membre de la nature, a droit à la sécurité fondée sur l’effort national et international.

(Princesse Rose-Bonbon)

 Et si ces droits ne sont pas respectés, et bien en général et c’est prouvé ici, le caillou te revient dans la gueule…

 



3 millions d’années en 60 minutes

Samedi dernier était un bon jour pour aller rencontrer nos ancêtres à Pech Merle. Non pas pour visiter leurs oeuvres souterraines ni pour visiter le musée (bien qu’en ce moment il y ait une très belle exposition intitulée “Préhistoire de la bande dessinée et du dessin animé”) mais pour assister à la  représentation de la nouvelle création des Cubiténistes  : « Souvenirs de la Préhistoire. 3 millions d’années en 60 minutes ».

cubitnistes.jpg affiche.jpg cubitnistes2.jpg

Pas moins de deux années de préparation et de partenariat avec le Centre de Préhistoire du Pech Merle ont été nécessaires pour permettre à la troupe de distiller avec beaucoup d’humour certains aspects de l’évolution de l’homme que même les scientifiques ne peuvent aborder. Ainsi, un peu à la manière de Roy Lewis (« Pourquoi j’ai mangé mon père« , à lire absolument), 3 personnages mettent en scène les inventions de nos lointains ancêtres, ramenées à l’échelle d’une même génération : le rire, le goût, l’amour, l’art, les mots, le temps… Toutes ces choses dont on ne connait pas la réelle origine mais qui en fin de compte nous parlent à tous puisque, comme dit par Alain Fraud, directeur artistique de la compagnie : « La Préhistoire est un gouffre et l’inconscient paléolithique qui subsiste en nous est un site archéologique.»

suivre.jpgAlors si cela vous chatouille de savoir comment vous en êtes/nous en sommes arrivés là, dites vous aussi adieu au lumbago, redressez-vous sur vos deux jambes et courrez les voir (leur agenda se cache derrière l’affiche, il suffit de cliquer dessus)



Pierre qui roule…

moussex.jpg« Pierre qui roule n’amasse pas mousse. »

Soit.

En attendant, elle voit du pays….



Le caillou du moulin de Cougnaguet (in the Lot)

dscf19741.jpgA quoi donc peut bien servir ce caillou ? Puisque cela semblait intéresser Sieur Elfounet j’y réponds présentement :  c’est le contrepoids d’un levier servant à l’écartement des meules d’un moulin à eau, permettant d’obtenir une farine plus ou moins fine. Et comment je le sais ? Parcequ’un fort caillou m’a fait découvrir le magnifique moulin fortifié de Cougnaguet, dans les gorges de l’Ouysse, entre Lacave, Calès et Rocamadour (in the Lot).

vuedepuislamaison.jpg 2.jpg

Le principe d’un moulin à eau est simple :
arbre.jpg« L’eau, retenue par les vannes, circule dans un puits  au travers d’une conduite forcée qui en accélère la vitesse, où elle entraîne une roue à augets en percutant une série d’aubes fixes. Ces aubes son reliées à un arbre, qui du coup se met à tourner. L’arbre entraîne alors la meule courante. Ce principe d’entraînement aussi appelé turbine (« turbine hydraulique centripète », pour les intimes) dégage une puissance de 9 cv afin d’activer les quatre meules mais aussi les tamis à l’aide d’un système de poulies-courroies. Le grain, contenu dans une trémie, s’écoule à l’intérieur d’une gouttière en bois dont l’inclinaison règle le débit. Au centre de la meule, un pignon en bois, le frayon, assure par ses vibrations une chute régulière du grain vers l’oeillard de la pierre.

(suite…)



Des mots dans la nature (1)

L’abécé d’air, de bois, de pierre s’agrandit…

H    l1.jpg    m1.jpg    O

Aujourd’hui, H, L, M et O  se cachaient au Gouffre de Padirac (in the Lot)



12345...10

Taoundart Net |
pierredu27 |
Entrez, faites comme chez vous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma vie les animaux
| gogo
| fuller47