Pêche au caillou

Il n’est pas rare au mois de Mai, d’aller pêcher des cailloux frais.

dscf1764.jpg dscf1759.jpg

dscf1750.jpg

Y’en a des gros, des gringalets, de quoi s’égoziller à la criée… Pas évident, vous me direz : ils attirent l’oeil et semblent tout près, mais une fois la main dans l’eau glacée, on dirait bien qu’ils ont bougé. Ils sont malins, dans nos contrées : ils ne se laissent pas attrapper ! Un jour même il paraîtrait, que deux « pêcheurs » qui s’aimaient, furent surpris par un pavet, qui aurait bouché le Célé…

Voir les amoureux du Célé…



Fort Caillou

dscf1488400x300.jpgDeux mois d’hosto, c’est pô rigolo… Sauf quand on s’appelle Fort Caillou (expression bien connue de par ici in the Lot pour désigner une forte tête) et qu’on partage sa chambre avec l’ami Pierre ! Il faut les imaginer, les deux ados, rôder autour de la clinique en chaise roulante à la recherche de petits trésors à ramener en cachette du personnel : galets, billes, brindilles, mousses, perles, flumes, fruits, bouchons… Tout ce butin pour confectionner tout un monde entre deux tranches de rigolade : tandis que l’un confectionnait jardins suspendus et drôles de petits êtres habitants de la table en formica, l’autre ajoutait sa touche de verdure en faisant pousser des bonzaïs. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour draguer les infirmières… Bravo les gars !
Petit tour d’expo en cliquant sur les photos…
dscf1486400x300.jpg dscf1485400x300.jpg dscf1484300x225.jpg dscf1483400x300.jpg



Mamouche Caillou

m21f014ac66174d1b51b2a1b2a63e4f79.jpgMamouche Caillou, c’est un Normand du bas qui fait de la chanson sans fraise, et c’est coup de coeur du jour…. A quand in the Lot ?

En attendant comme moi qu’il passe par chez vous, allez écouter ses chansons en cliquant sur l’affiche…



Comment reconquérir un amour perdu avec un caillou…

Vous vous demandez comment reconquérir un amour perdu un soir de premier quartier de Lune ? Attention, voici la réponse du Gourou….

dscf1549.jpgSupports
- 1 photo d’identité de vous-même
- 1 caillou de la taille d’un kiwi

- 8 tiges (ou cônes) d’encens senteur de rose

- de la colle

Rituel
- Un soir de Premier Quartier de Lune écrivez à l’encre rouge votre prénom sur la face de votre photo. Ensuite, inscrivez les mots “YIN YANG” sous votre prénom.

- Avec de la colle, faites adhérer la photo par le dos au caillou, puis posez le caillou sur une table, la photo vers le haut. Installez 1 tige d’encens à côté du caillou, concentrez-vous sur les volutes de fumée et prononcez 5 fois à voix haute :
Je conjure les Energies Yin et Yang, qui s’attirent et s’harmonisent éternellement, de m’aider à reconquérir l’amour que j’ai perdu”.

- Puis laissez tous les supports en place, et l’encens doit se consumer complètement.

- Par la suite, chaque soir, jusqu’à la prochaine Pleine Lune, allumez 1 tige d’encens près du caillou, prononcez la même incantation 5 fois, avec une concentration maximum.

- Gardez le caillou avec la photo sur votre table de nuit ou près de votre lit jusqu’au jour du Dernier Quartier de Lune, après quoi vous pourrez vous en séparer (du caillou pas de l’amour perdu pfff)…

Si ça ne marche pas, vous saurez au moins à quoi vous ressembleriez si vous vous déguisiez en hérisson…  

Prochain rituel : Mai 2009
Comment reconquérir un amour perdu avec un caillou... dans Caillou magique shim
miniLune_PQ dans Monde de Kayu
Premier Quartier
1 Mai 2009
shim miniLune_PL
Pleine Lune
9 Mai 2009
shim miniLune_DQ
Dernier Quartier
17 Mai 2009
shim miniLune_NL
Nouvelle Lune
24 Mai 2009
shim miniLune_PQ
Premier Quartier
31 Mai 2009


Rendez-vous du Caillou : Les Phosphatières (2)

La nature n’a pas travailler toute seule à combler les phosphatières (comme expliqué sur le shéma ci-dessous -cliquez pour l’agrandir…) : les bergers y jetaient leurs bêtes crevées ; les riverains, ainsi que certaines communes voire des industriels, s’en servaient pour se débarrasser des encombrants ou de leurs matériaux de construction, de leurs ordures ménagères, ou d’autres déchets (hydrocarbures par exemple) ; les eaux usées de certains particuliers s’y sont parfois écoulées…
dscf1421.jpg dscf1422.jpg
Heureusement, grace à l’initiative de quelques amoureux du caillou (voir Rendez-vous du Caillou : Les Phosphatières (1)) et avec l’aide d’une poignée de locaux reconvertis en termites géantes grâce aux combis-gants-casques fournis, le nettoyage fut bientôt fait….

dscf1429.jpgA l’arrivée, après avoir visité les stands d’information et vu l’expo de photos, il suffisait de s’inscrire auprès de l’aimable Dame Delphine qui fournissait l’équipement nécessaire. En suite, deux ateliers vous étaient proposés : extraction ou tri des déchets…

dscf1436.jpg dscf1441.jpgL’extraction au fond du trou par une première équipe de termites était un peu comme une chasse au trésor, où chaque découverte donnait l’occasion de commentaires loufoques (« Cherche deuxième sandale en 39 ! » « Faut partir en course : y’a plus rien dans la porte du frigo ! » « Notre ancètre n’était pas Lucie : c’était le Grand-Schtoumph! »… ), preuve que l’on a encore en nous une bonne part de Gaulois et de son emblème : tel le coq, on est encore capable de bien rigoler les deux mains dans la m…

dscf1452.jpgEn surface, une deuxième équipe, avec grue et tracteur, remontait les énormes sacs et autres débrits encombrants pour les donner à la troisième équipe : le tri sélectif. Là, même les enfants s’en sont donné à coeur joie, et pour eux, impossible de se tromper de benne : moulte jeux sur le thème leur avaient été proposés à l’entrée du site !

Le prochain rendez-vous ? Sans doute l’année prochaine…

 

 



Rendez-vous du Caillou : Les Phosphatières

PARTICIPEZ A LA DEPOLLUTION DES PHOSPHATIERES DU MAS DE GOT

phosphatierepano1.jpgVous avez entendu parler des phosphatières sans vraiment connaître leur histoire ? Vous avez envie de mieux comprendre comment fonctionne un massif karstique et les eaux souterraines sous le causse ? Vous souhaitez participer et agir en faveur de la réhabilitation d’un site naturel ?N’hésitez plus à vous joindre aux spéléologues, géologues, paléontologues et amoureux de la nature en participant au nettoyage des phosphatières du Mas de Got. L’aide de tous est bienvenue !

Au programme :
- Ateliers de dépollution : nettoyage et tri
- Animations pour petits et grands : les phosphatières et le karst
- Stands et expositions
Equipement fourni (sur-combinaison, gants…). N’oubliez pas vos bottes !

Les Comités Régional et Départemental de Spéléologie (CSR et CDS), l’Association des Phosphatières du Quercy, l’Association de Défense de l’Environnement du pays de Lalbenque (ASEL), la commune de Bach, la Communauté de Communes du Pays de Lalbenque et le Parc naturel régional des Causses du Quercy se sont associés et mobilisés pour vous proposer ces deux jours éco-citoyens, avec le soutien de nombreux autres partenaires publics et privés à découvrir le jour de l’action.

 Samedi 28 mars, à partir de 14h00 et dimanche 29 mars à partir de 10h00 à Bach (fléchage depuis le village)

cartephosphatierebach.jpgPour en savoir plus sur l’histoire et l’intérêt scientifique des phosphatières, rendez-vous sur le site naturel exceptionnel des Phosphatières du Cloup d’Aural à Bach, à partir du samedi 4 avril 2009 avec 2 visites guidées à 15h00 et 16h30, tous les jours jusqu’au 3 mai. De nombreuses autres visites auront lieu toute la saison jusqu’au 4 novembre 2009 inclus. Rens. au 06.03.93.45.91 ou www.phosphatieres.com



Pensée du jour…

trèfle(Pour que Dame Eleonor puisse passer une bonne journée…)

Il était bien caché, hein? Et oui, d’où l’expression : « Pas con comme un Quadriphullon… »

< Cliquez sur l'image pour l'agrandir...



Pensée du jour…

L’avez-vous vu ??? Bonne journée alors…

mais où est-il....



Troglo, dites !

L’espace souterrain est certainement la forme la plus ancienne de l’habitat humain. A la préhistoire déjà l’Homme utilisait des cavités naturelles pour s’abriter, certainement attiré par leur sol tendre et peu humide, ou tout simplement parce qu’il lui arrivait de manquer de bois et de végétaux de construction. S’inspirant des aspérités de la roche, l’Homme muni de silex y trouvera un moyen d’expression pour décrire son quotidien dans le calcaire tendre et friable, et créera ainsi la gravure…

baumepeyrards8006793dsc6837.jpg

Puis il en vint durant l’Antiquité à l’ excavation volontaire du caillou, creusant horizontalement dans les flancs de falaises des espaces plus confortables, de façon artisanale. Certains de ces édifices étaient de véritables palais (comme la Cité troglodytique de Petra, 7ème merveille du monde, oui Madame) où l’on prolongeait parfois les entrées naturelles par des constructions. Mais ces habitations ne purent se maintenir que dans les pays où cette architecture répondait aux contraintes du climat, ou l’eau ne faisait pas défaut et bon nombre de ces cités troglodytes furent abandonnées.

dscf8487bis.jpgAu moyen age, certains y verront des emplacements d’un interêt plus stratégique : souvent en hauteur donc dominant la plaine, avec de vastes pièces mais de minuscules entrées, leurs pièges et leurs tunnels, ces cités devinrent des forteresses de choix pour les paysans qui s’y repliaient. Ainsi, en cas d’attaque, ils se réfugiaient au premier étage, emmenant femmes, enfants, mais aussi récoltes et bétail, avant de condamner les entrées et de laisser leurs assaillants se faire prendre dans les pièges installés au rez-de-chaussée. Il est une cité du genre à Saint-Rémy-sur-Creuse, Ethni’cité, que j’ai eu le plaisir il y a quelques jours déjà de visiter, et qui montre bien l’interêt que l’on pouvait avoir pour le lieu : Richard Coeur de lion en personne, trouvant le site parfait puisque surplombant le royaume de Philippe Auguste, roi de France, et protégé par le rempart naturel que formait la Creuse, y fit construire son château afin de contrôler le trafic d’hommes et de marchandises sur la rivière…

troglodyte.jpgCette cité restera au XVIIIème siècle le refuge des tisserants de chanvre, dont on peut découvrir la vie lors de visites accompagnées par la douce Eléonore de Carloy, en se faufillant entre sources et bananiers (si si, des vrais, et avec des bananes, Monsieur!). Allez-y absolument : c’est un lieu très vivant et tout à fait charmant, c’est forcément tout près, en tout cas relativement pas très loin, assurément trop glodyte…

dscf8492.jpg

Ci dessus un système ingénieux pour compter les mêtres de tissus confectionnés : au bout d’1 mêtre, le tisserant introduisait un bâton dans un des trous du lot de gauche, en descendant. Au bout de cinquante, il en mettait un dans le lot de droite, en haut. Le premier ordinateur…

De tels habitats sont d’ailleurs encore très prisés : leurs propriétés thermiques (l’amplitude de température journalière est totalement ignorée, et ne varie qu’en fonction de la nature du sous-sol plus ou moins isolant, de son épaisseur et de son exposition), leur charme et leur pittoresque en font, encore aujourd’hui comme à Matmata en Tunisie (Gilles, « avec son professionnalisme et toute son équipe vous attend.A bientôt …  » pour vous emmener en quad voir de magnifiques photos…Merci Gilles), des demeures dignes d’un conte-de-fée…
matmata11.jpg



Pierre Percée de Gargantua (37)

Dans l’Indre-et-Loire, tout près de Draché (5 kms au sud de Ste-Maure), au lieu-dit « les Erables », se trouve la Pierre Percée, également connue sous le nom de Menhir des Arabes : la croyance populaire y verrait l’emplacement d’un cimetière de sarrazins. En son centre un trou naturel. Fut un temps lointain où il servait à sacrifier des victimes humaines, car on tranchait les têtes qui y passaient avec un couteau de sacrifice…

dscf8453375x500.jpg dscf8447300x400.jpg dscf8437300x400.jpg

Mais bientôt, Gargantua, dont le rôle était avant tout de faire oublier la culture celte et de christianiser les lieux de culte, fit de l’endroit le théâtre d’une autre légende : c’est de ce menhir (l’un des plus hauts de la région) dont le géant se servait de « quille », ou « bogue », et qu’il visait à partir de Crouzilles (pourtant à 15 km de là. Trop fort, le gars…). On le rebaptisa alors Quille, ou Bague de Gargantua. Peut-être est-ce pour cela que depuis les amoureux y viennent s’échanger des serments en passant par le trou leurs mains et un bouquet ?

dscf8445300x400.jpg dscf8439375x500.jpg dscf8450300x400.jpg

On dit aussi que les enfants qui y passaient la tête étaient protégés des écrouelles (ou scrofule, pathologie provoquant  infammation et abcès d’origine tuberculeuse). Avec tout ce que je fume, je n’ai donc pas hésité à y passer la mienne, ni à cueillir au pied du gros caillou un brin de plantain : si j’en crois toujours les croyances populaires, cette herbe me protègera des sorts et des mauvais esprits…

Un grand merci à Lady Anick pour la balade…

[Retrouvez d'autres sites gargantuesques d'Indre-et-Loire ici]



12345

Taoundart Net |
pierredu27 |
Entrez, faites comme chez vous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma vie les animaux
| gogo
| fuller47