Spéléo in the Lot : à la recherche du Père-Noël…

paffs.jpegLes 3 & 4 octobre derniers se déroulaient les « journées nationales de Spéléo et du Canyon ».

florianchenu.jpgIl y avait 5 sites à découvrir in the Lot ! A Limogne, c’était découverte de la grotte du Père-Noël… Mais nous avons eu beau le chercher partout, parmi moulte stalactites et autres draperies, après avoir demandé notre chemin à une grenouille, un triton, et une chauve-souris à peine réveillée (ou sur le point d’aller se coucher), nous ne l’avons pas trouvé ! Les recherches auraient pu durer des heures encore si nos guides n’avaient pas lancé à nos estomacs de ver-de-terres affamés l’appel du pic-nique…. Merci à Flo et à Guy de nous avoir montré la sortie !!!
Avec une telle équipe, la spéléo ? C’est même pas l’AnGoiiiiSsSsSeeeeeeee !

C'est bo c'que tu dis...  grenouille480x360.jpg  KatiAaAaAaA
nain des cavernes    img0133.jpg    cheminée    j'aime la spéléo !

 Prochaines expéditions par ici



Caillou sur le Sol…

culparterr2ecopier.jpg

 corps électrique
porté(e) de bulle

musique céleste



La larve de Phrygane : un caillou à pattes

- Oh, regarde, Nono, les cailloux bougent au fond de l’eau !
- M’enfin Tikayu, ce ne sont pas des cailloux, ce sont des fourreaux de larves !
- De larve ?
-
De larve de Phrygane. C’est une larve qui se construit un genre d’enveloppe (un tube) en assemblant divers débris qu’elle récolte autour d’elle à l’aide de la soie résistante à l’eau qu’elle sécrète. 

larve1.jpg larvedanslamain2.jpg
En gros ici, elle a utilisé des cailloux, mais elle aurait aussi pu utiliser des brindilles, des feuilles, du sable, tout ça tout ça…

(suite…)



Petit-dèj’ in the Lot

paillette.jpg



Les Dents du Dragon de Bach

Au coeur du site des Phosphatières de Bach se cache… un dragon. Oui oui, un dragon de pierre, avec la gueule grande ouverte, qui laisse apparaître ses crocs pointus.

geule.jpg

Contrairement à celles qui stagnent sur les plages de la mer du Nord et de la Manche (qui sont en fait des blocs de pierre plantés dans le sable des plages destinés à entraver la progression des chars et autres engins motorisés), les dents de dragon des phosphatières sont le résultat d’un phénomène géologique naturel.

20080129110949172051.jpg  dent1.jpg

Evidement, il nous faut pour cela remonter dans le temps et atterrir in the Lot il y a 30 M d’années. A l’époque, l’endroit jouissait d’un climat tropical, avec une forte humidité constante et des pluies chaudes, qui ont provoqué une érosion dite « de surface ». On pourrait comparer la chose aux mêmes dents qui se trouvent à l’autre bout de la Terre, en Chine, qui bénéficie du même type de climat, car c’est ce même phénomène d’érosion qui y a sculpté les paysages escarpés que l’on retrouve souvent représentés dans les estampes.

 

(suite…)



3 millions d’années en 60 minutes

Samedi dernier était un bon jour pour aller rencontrer nos ancêtres à Pech Merle. Non pas pour visiter leurs oeuvres souterraines ni pour visiter le musée (bien qu’en ce moment il y ait une très belle exposition intitulée “Préhistoire de la bande dessinée et du dessin animé”) mais pour assister à la  représentation de la nouvelle création des Cubiténistes  : « Souvenirs de la Préhistoire. 3 millions d’années en 60 minutes ».

cubitnistes.jpg affiche.jpg cubitnistes2.jpg

Pas moins de deux années de préparation et de partenariat avec le Centre de Préhistoire du Pech Merle ont été nécessaires pour permettre à la troupe de distiller avec beaucoup d’humour certains aspects de l’évolution de l’homme que même les scientifiques ne peuvent aborder. Ainsi, un peu à la manière de Roy Lewis (« Pourquoi j’ai mangé mon père« , à lire absolument), 3 personnages mettent en scène les inventions de nos lointains ancêtres, ramenées à l’échelle d’une même génération : le rire, le goût, l’amour, l’art, les mots, le temps… Toutes ces choses dont on ne connait pas la réelle origine mais qui en fin de compte nous parlent à tous puisque, comme dit par Alain Fraud, directeur artistique de la compagnie : « La Préhistoire est un gouffre et l’inconscient paléolithique qui subsiste en nous est un site archéologique.»

suivre.jpgAlors si cela vous chatouille de savoir comment vous en êtes/nous en sommes arrivés là, dites vous aussi adieu au lumbago, redressez-vous sur vos deux jambes et courrez les voir (leur agenda se cache derrière l’affiche, il suffit de cliquer dessus)



Le caillou du moulin de Cougnaguet (in the Lot)

dscf19741.jpgA quoi donc peut bien servir ce caillou ? Puisque cela semblait intéresser Sieur Elfounet j’y réponds présentement :  c’est le contrepoids d’un levier servant à l’écartement des meules d’un moulin à eau, permettant d’obtenir une farine plus ou moins fine. Et comment je le sais ? Parcequ’un fort caillou m’a fait découvrir le magnifique moulin fortifié de Cougnaguet, dans les gorges de l’Ouysse, entre Lacave, Calès et Rocamadour (in the Lot).

vuedepuislamaison.jpg 2.jpg

Le principe d’un moulin à eau est simple :
arbre.jpg« L’eau, retenue par les vannes, circule dans un puits  au travers d’une conduite forcée qui en accélère la vitesse, où elle entraîne une roue à augets en percutant une série d’aubes fixes. Ces aubes son reliées à un arbre, qui du coup se met à tourner. L’arbre entraîne alors la meule courante. Ce principe d’entraînement aussi appelé turbine (« turbine hydraulique centripète », pour les intimes) dégage une puissance de 9 cv afin d’activer les quatre meules mais aussi les tamis à l’aide d’un système de poulies-courroies. Le grain, contenu dans une trémie, s’écoule à l’intérieur d’une gouttière en bois dont l’inclinaison règle le débit. Au centre de la meule, un pignon en bois, le frayon, assure par ses vibrations une chute régulière du grain vers l’oeillard de la pierre.

(suite…)



Les Géants de Cambayrac (in the Lot)

heslewood.gifDans le très bel ouvrage « Contes et légendes des deux rivières, Dordogne et Lot », aux éditions du Laquet, on peut trouver la légende du dolmen de Sérignac, tout proche de Cambayrac. Dolmen gargantuesque qui avait fait l’objet d’une aventure in the Lot et du coup d’un article il y a quelques temps déjà (lire l’article). Ici, Juliet Heslewood (avec le concours de Laurent Britsch pour les sympathiques illustrations – où enfin les princesses ont des gros nez, j’adore…) nous raconte sans trop rabelaitiser l’histoire des deux géants…

« Il était une fois un couple de géants. Ils vivaient dans une grande grotte qu’il étaient néanmoins parvenu à rendre tout à fort agréable. Ils n’appartenaient pas à cette espèce de géants qui qui aiment à s’immiscer dans les affaires d’autruit et ils semblaient assez satisfaits de passer leurs journées ensemble.

« Que dirais-tu d’une promenade mon coeur », proposerait le géant à sa femme en regardant les premiers signes du printemps nouveau.

(suite…)



Rendez-vous du Caillou : Les Phosphatières (2)

La nature n’a pas travailler toute seule à combler les phosphatières (comme expliqué sur le shéma ci-dessous -cliquez pour l’agrandir…) : les bergers y jetaient leurs bêtes crevées ; les riverains, ainsi que certaines communes voire des industriels, s’en servaient pour se débarrasser des encombrants ou de leurs matériaux de construction, de leurs ordures ménagères, ou d’autres déchets (hydrocarbures par exemple) ; les eaux usées de certains particuliers s’y sont parfois écoulées…
dscf1421.jpg dscf1422.jpg
Heureusement, grace à l’initiative de quelques amoureux du caillou (voir Rendez-vous du Caillou : Les Phosphatières (1)) et avec l’aide d’une poignée de locaux reconvertis en termites géantes grâce aux combis-gants-casques fournis, le nettoyage fut bientôt fait….

dscf1429.jpgA l’arrivée, après avoir visité les stands d’information et vu l’expo de photos, il suffisait de s’inscrire auprès de l’aimable Dame Delphine qui fournissait l’équipement nécessaire. En suite, deux ateliers vous étaient proposés : extraction ou tri des déchets…

dscf1436.jpg dscf1441.jpgL’extraction au fond du trou par une première équipe de termites était un peu comme une chasse au trésor, où chaque découverte donnait l’occasion de commentaires loufoques (« Cherche deuxième sandale en 39 ! » « Faut partir en course : y’a plus rien dans la porte du frigo ! » « Notre ancètre n’était pas Lucie : c’était le Grand-Schtoumph! »… ), preuve que l’on a encore en nous une bonne part de Gaulois et de son emblème : tel le coq, on est encore capable de bien rigoler les deux mains dans la m…

dscf1452.jpgEn surface, une deuxième équipe, avec grue et tracteur, remontait les énormes sacs et autres débrits encombrants pour les donner à la troisième équipe : le tri sélectif. Là, même les enfants s’en sont donné à coeur joie, et pour eux, impossible de se tromper de benne : moulte jeux sur le thème leur avaient été proposés à l’entrée du site !

Le prochain rendez-vous ? Sans doute l’année prochaine…

 

 



Rendez-vous du Caillou : Les Phosphatières

PARTICIPEZ A LA DEPOLLUTION DES PHOSPHATIERES DU MAS DE GOT

phosphatierepano1.jpgVous avez entendu parler des phosphatières sans vraiment connaître leur histoire ? Vous avez envie de mieux comprendre comment fonctionne un massif karstique et les eaux souterraines sous le causse ? Vous souhaitez participer et agir en faveur de la réhabilitation d’un site naturel ?N’hésitez plus à vous joindre aux spéléologues, géologues, paléontologues et amoureux de la nature en participant au nettoyage des phosphatières du Mas de Got. L’aide de tous est bienvenue !

Au programme :
- Ateliers de dépollution : nettoyage et tri
- Animations pour petits et grands : les phosphatières et le karst
- Stands et expositions
Equipement fourni (sur-combinaison, gants…). N’oubliez pas vos bottes !

Les Comités Régional et Départemental de Spéléologie (CSR et CDS), l’Association des Phosphatières du Quercy, l’Association de Défense de l’Environnement du pays de Lalbenque (ASEL), la commune de Bach, la Communauté de Communes du Pays de Lalbenque et le Parc naturel régional des Causses du Quercy se sont associés et mobilisés pour vous proposer ces deux jours éco-citoyens, avec le soutien de nombreux autres partenaires publics et privés à découvrir le jour de l’action.

 Samedi 28 mars, à partir de 14h00 et dimanche 29 mars à partir de 10h00 à Bach (fléchage depuis le village)

cartephosphatierebach.jpgPour en savoir plus sur l’histoire et l’intérêt scientifique des phosphatières, rendez-vous sur le site naturel exceptionnel des Phosphatières du Cloup d’Aural à Bach, à partir du samedi 4 avril 2009 avec 2 visites guidées à 15h00 et 16h30, tous les jours jusqu’au 3 mai. De nombreuses autres visites auront lieu toute la saison jusqu’au 4 novembre 2009 inclus. Rens. au 06.03.93.45.91 ou www.phosphatieres.com



12

Taoundart Net |
pierredu27 |
Entrez, faites comme chez vous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma vie les animaux
| gogo
| fuller47