Le casseur de cailloux

En pèlerinage à Chartres, Charles Péguy voit un type fatigué, suant, qui casse des cailloux.
Il s’approche de lui :
 » Qu’est-ce que vous faites Monsieur ? « 
 » Vous voyez bien, je casse des cailloux, c’est dur, j’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai faim. Je fais un sous-métier, je suis un sous homme « .

Il continue et voit un peu plus loin un autre homme qui casse les cailloux ; lui n’a pas l’air mal.
 » Monsieur, qu’est-ce que vous faites ? « 
 » Eh bien, je gagne ma vie. Je casse des cailloux, je n’ai pas trouvé d’autre métier pour nourrir ma famille, je suis bien content d’avoir celui-là « .

travailenfantafriqfsdfue.jpg

Péguy poursuit son chemin et s’approche d’un troisième casseur de cailloux, qui est souriant et radieux :  » Moi, Monsieur, dit-il, je bâtis une cathédrale. « 

Le bonheur n’est pas un état, mais une aventure. Quand on a une cathédrale dans la tête, on ne casse pas les cailloux de la même manière…



9 commentaires

  1. eleonor 28 septembre

    tu as, sans nul doute, moult cathédrales et châteaux en tête ma mie !

  2. betty 9 mars

    Les trois casseurs de caillou n’ont pas la même perception de leur métier. Chacun a son idée sur le métier qu’il font.
    le premier trouve son métier fatiguant, il parait être fatigué et pense que sa vie est nulle car il se croi sous hommme.

    le deuxiéme personnage n’a pas vraiment choisi le métier qu’il voulait. Il a une famille a nourir et ce metier a l’air de lui convenir pour subvenir au besoins de sa famille.
    Quant au 3 personnage lui veu fonder une cathédrale en commencant par casser des cailloux. il a l’air anbitieux
    Mon personnage préfairé est le 3eme car il par d’un petit point et décide d’arriver à fonder quelque chose.

  3. henry 9 mars

    la première personne évoque le malheur il se lamente sur son sort.
    la deuxième personne nous fais penser qu’il faut bien gagner sa vie même si le métier n’est pas le meilleur aux monde.
    le troisième personne nous fais comprendre qu’il n’y a pas de sous métier et qu’il faut tout les métier même les plus dure pour faire de grande chose et il faux en être fière de l’avoir fais.

  4. thibaut 9 mars

    Le premier est un personnage qui avais eu une bonne vie et qui se retrouve a casser des caillioux.

    Le deuxieme est un personnage qui a fais sa toute sa vie et qui est content et qui gagne sa vie. Il est abitué.

    Et le troisieme est content de son métier et qu’il croit qu’il construit une maison.

  5. gayou 9 mars

    Pour moi le premier casseur de pierre est malheureux,il se trouve en état de souffrance: il a faim,il a soif et il a mal au dos .il considere se metier comme etant le plus dur au monde.Il se considère exploité.

    Ensuite le deuxieme casseur de pierre est plûtot content.Il a choisi ce metier dans le but de nourrir sa famille.Et il est content d’avoir un metier.

    Enfin le dernier des casseurs semble ne porter aucun dégout concernant son metier.Il valorise sont métier par une expression « je batis une cathédrale ».

    je prefere le deuxieme car il se préoccupe de sa famille .en faisant un metier difficile et problabement mal rémunéré.

    La morale de cette histoire est qu’il faut se satisfaire de ce que l’on a .Il faut avoir de l ambition pour maintenant net pour l’avenir.

  6. yann 9 mars

    La première personne se lamente sur son sort.
    La deuxième personne est content de son travail donc il est contentcar il le fait pour sa famille.
    La troisième personne est content car il le fait pour construire une cathédrale.
    Je prefère le deuxième car il le fait pour sa famille.

    Le bonheur est fait par son esprit et non par se que l’on fait.

  7. le fouch 9 mars

    Le tempérament des trois casseur de cailloux est trés différent car il prénnent leur métier d’un point de vue trésdifférent le premier prend sa pour un calvaire un martire de se métier.Le deuxiéme pren son métier pour un vrais métier avec un salaire a la clef.Le troisiéme prend sont métier pour un art et aime sont métier et se qu’il fait.
    Des trois je préfére le troisiéme casseur de cailloux car il aime sont métier et le prend avec coeur.
    La morale de l’histoire est que méme ayant le méme métier il peut étre mieu percu par une pérsonne heureuse qu’une personne ennuyé

    le fouch

  8. kevin 9 mars

    Le tempérament des trois casseur de cailloux est trés différent car il prénnent leur métier d’un point de vue trésdifférent le premier prend sa pour un calvaire un martire de se métier.Le deuxiéme pren son métier pour un vrais métier avec un salaire a la clef.Le troisiéme prend sont métier pour un art et aime sont métier et se qu’il fait.
    Des trois je préfére le troisiéme casseur de cailloux car il aime sont métier et le prend avec coeur.
    La morale de l’histoire est que méme ayant le méme métier il peut étre mieu percu par une pérsonne heureuse qu’une personne ennuyé

  9. dalinele 28 novembre

    le bonheur n’est pas un état… mais on pourrait dire aussi que c’est un état d’esprit? bon dimanche!

Laisser un commentaire

Taoundart Net |
pierredu27 |
Entrez, faites comme chez vous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma vie les animaux
| gogo
| fuller47