Le lithophone : bien avant les Rollig Stones…

Vous avez envie de fêter la musique mais n’avez point d’instrument ? Faites comme Dame Eleonor à Ethni’cité ou comme nos ancêtres du néolithique : improvisez-vous lithophoniste….

pierresmusicales.jpg  img8901.jpg

Prenez de longues pierres de différentes tailles, que vous appellerez phonolithes, et suspendez-les ou posez-les à même le sol. Il vous suffira en suite de les percuter à l’aide de baguettes ou de simples cailloux pour que de cet instrument émanent de doux cliquetis…

avataraspx.jpgL’utilisation de cet instrument remonterait à la préhistoire (-3 000 ans), suite à découverte en 1949 de plaques de pierres dans le site archéologique de Binh Da au Vietnam. À la fin des années 80s, d’autres plaques de lithophone (environ 200)  furent découvertes dans cette région. Ces ensembles comprenaient entre 3 et 15 barres. Mais rendez-vous compte : l’un d’eux comportait 8 lames, allant de 52.5 de long pour 4kg5 pour la plus petite, à 95 cm de long, 17 de large, 3,5 d’épaisseur pour 12kg5 pour la plus grande! Pas évident à trimballer pour les saltimbanques de l’époque…

 

Alors on imagine aisément que les hommes préhistoriques aient préféré s’amuser à faire sonner des stalactites dans les grottes, comme a pu le faire Leland W. Sprinkle en 1950, dans la Grotte de Luray en Virginie, créant ainsi  le  » Great Stalacpipe Organ » ; ou comme il y a peu Alex Grillo (voir la vidéo)

Image de prévisualisation YouTube

26698741713966b90515o.jpgBien avant eux pourtant Richardson, tailleur de pierre et anglais de son état, avait  tenté de remettre le lithophone au gout du jour en présentant le premier groupe de « rock » de l’histoire : en effet, le « Richardson & Sons, Rock, Bell and Steel Band » joua pour la Reine Victoria et le Prince Albert à Buckingham Palace in 1848! Mais l’instrument était retombé dans l’oubli….

Aujourd’hui en Asie, ces plaques de pierres restent sacrées pour certains groupes ethniques vietnamiens (on les y appelle Dan Da), et font partie des trésors familiaux. Elles accompagnent les cérémonies, car on dit qu’elle aident à protéger les récoltes. Des jeux de seize pierres, utilisés autrefois lors de rituels confucianistes, ont aussi survécu de nos jours en Corée, où on les appelle p’yon’gyong ou t’ukkyong (passez me voir pour la prononciation). En Chine on trouve des lithophones en forme de Lotus, composés notamment le marbre, la néphrite ou le jade.

ethiopie.jpgEn Afrique, cet instrument est encore vivant au nord du Togo : le peuple Kabiyé l’utilise couramment (voir photo début article). Il est nommé pichanchalassi, « son des cailloux ». Il est composé de 5 pierres plates posées au sol et qu’on frappe avec deux cailloux. Ces pierres sont aussi utilisées dans les églises éthiopiennes et coptes, par exemple, comme cloches ainsi qu’en jeux de carillons (comme vu sur la photo ci-contre).

Enfin quelques artistes contemporains, comme Jean-François Charles, se sont réintéressé à cet instrument et en ont fait de véritables oeuvres d’art….

holltambour.jpg

Christian Holl à Madagascard

Pour plus de doc sur cet instrument, je vous invite à lire « La résonnance longitudinale des roches » (R. PERRIER, Mines et Carrières, vol. 78, avril 1996, p. 67-73), accéssible en cliquant ici.



3 commentaires

  1. eleonor 28 juin

    quelle culture, on voit que tu était une habituée des fêtes de la musique magdalénienne…

  2. tikayu 29 juin

    Je dois t’avouer chère Eleonor que si je n’avais pas vu vos chouettes installations j’en serais restée à chanter avec ma voix caverneuse…
    ;-)

  3. eleonor 3 juillet

    c’est bon de voyager au pays d’Ethnicité alors car si tu avais chanter le ciel nous serait peut être tombé sur la tête!

Laisser un commentaire

Taoundart Net |
pierredu27 |
Entrez, faites comme chez vous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma vie les animaux
| gogo
| fuller47